Quelques bons usages d’écologie numérique important à connaître !

turned-on-flat-screen-computer

Quand on pense écologie, il est rare de penser en premier au monde numérique. Cependant, la généralisation du numérique dans l’entreprise a un coût environnemental qui est de moins en moins négligeable. Derrière l’action de l’envoi d’un simple mail ou encore d’une recherche sur internet, il est y a des centres de stockage qui génèrent d’importantes émissions de CO2 ou gaz carbonique.

S’il n’est pas possible d’effacer complètement notre empreinte écologique quand on utilise nos équipements électroniques et Internet, il est en revanche aisé de diminuer très fortement l’impact environnemental de nos usages quotidiens. Dans ce cadre, voici un récapitulatif des bons usages à adopter pour réduire son empreinte écologique lié au numérique.

1 – La messagerie & Internet

Améliorer la gestion de sa messagerie

Stocker des données inutiles et désuètes entraîne une surconsommation dans la conservation de ces données par les hébergeurs. La bonne démarche est ici de commencer à trier, classer et ensuite supprimer ses emails inutiles (en  savoir plus : Gmail : 3 conseils pour nettoyer sa messagerie !). 

Une autre méthode pour éviter de supprimer des mails et de limiter leurs réceptions. Ainsi, vous pouvez réduire les mails en vous désabonnant de newsletters devenues indésirables. Notamment par l’intermédiaire de la solution Cleanfox.

Envoyer moins de mail

Envoyer un email est un acte anodin, cependant il est intéressant de savoir qu’envoyer un email avec une pièce jointe équivaut à allumer une ampoule pendant 24 heures. 

Plutôt que de communiquer par mail avec de nombreux collaborateurs en copie, il est souhaitable de privilégier l’utilisation de moyens de communication moins énergivores comme une application de messagerie instantanée comme WhatsApp, Telegram, ou encore de passer un appel téléphonique. De plus, évitez de mettre plusieurs personnes en copie d’un email si cela n’est pas véritablement utile.

Optimiser et améliorer sa navigation sur Internet

Lorsque nous utilisons un moteur de recherche (Google, Bing, Ecosia), le data center nous transmet d’abord la page d’accueil de ce moteur, ensuite nous rédigeons une requête par mot-clef, puis le data center nous transmet les résultats trouvés. Une fois que nous cliquons alors sur ce qui nous intéresse, le data center de l’hébergeur du site sélectionné nous transmet enfin la page internet. 

Lorsque cela est possible, il est préférable de taper directement l’URL du site qui nous intéresse dans la barre de recherche, nous simplifions ainsi le parcours des opérations et réduisons le bilan carbone d’une recherche. De plus, il est extrêmement pertinent d’ajouter dans ces favoris les sites que nous utilisons le plus fréquemment. Cela nous évite de taper l’URL et d’utiliser un moteur de recherche.

Éviter de surcharger ses espaces de stockage Cloud

Bien que les espaces de stockage en ligne (Cloud) comme Google Drive sont une excellente solution pour sauvegarder et sécuriser ses données, il est intéressant de limiter les données que nous stockons sur ce type d’espaces. 

Privilégier ses espaces pour des données légères (documents bureautiques) et stocker les données plus conséquentes (Vidéos, photos) sur un disque dur en local. Cela évite un transfert important de données sur Internet ainsi que leurs stockages sur des serveurs. 

De plus au-delà de l’aspect écologique, cela nous force à supprimer des données inutiles qui prennent de l’espace pour rien. L’idée est ici de ranger nos espaces numériques comme nous le faisons avec le rangement de notre maison (En savoir plus « Conseils d’organisation sous Google Drive »).

Regarder des vidéos de façon raisonnée

En 2018, le streaming vidéo a capté 60 % du trafic web mondial. Le fait de regarder des vidéos en direct implique un flux continu sur la toile, ce qui est très énergivore. Le pire étant de regarder des vidéos depuis un écran de portable, via la 4g et en haute définition.

Il existe cependant des solutions simples à mettre en pratique pour un usage plus « éco-responsable ». Depuis un Smartphone il est ainsi préférable de visionner des vidéos connectées à un réseau WiFi avec une qualité basse définition pour ainsi limiter le flux de données.

2 – Ordinateur & Smartphone

Supprimer les applications non utilisées 

Une application dûment installée continue d’utiliser les ressources de notre téléphone et de demander des mises à jour automatiques. Les supprimer évite ainsi de consommer de l’énergie sans raison.

Désactiver les notifications non nécessaires

Les nombreuses applications installées sur notre Smartphone nous sollicitent régulièrement avec des notifications en tout genre. Désactiver ou paramétrer les notifications évite de générer des requêtes non souhaitables. De plus, c’est également un bon moyen de se déconnecter lorsque l’on passe trop de temps sur les réseaux sociaux

Éteindre son ordinateur

Voilà un geste très simple à faire et pourtant beaucoup d’entres-nous l’oublie… En effet, pour réduire son empreinte écologique il est important d’éteindre ses équipements électroniques lorsque nous ne les utilisations pas. Il est ainsi recommandé de prendre l’habitude d’éteindre son ordinateur (et aussi son écran!) à chaque fois que cela est possible. 

Débrancher son smartphone dès qu’il est chargé

Une fois le chargement terminé, il est important de débrancher nos appareils électroniques comme notre Smartphone, car il continue de consommer de l’énergie. C’est un geste à la fois simple et écologique.

Pour conclure…

Voilà pour cette liste non exhaustive de bons usages d’écologie numérique à intégrer au quotidien pour limiter notre impact écologique liée au monde numérique.

Vous avez d’autres usages numériques bons pour la planète ? n’hésitez pas à les partager dans les commentaires ci-dessous ! 🙂

Portez-vous bien et à bientôt !


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur « Ctrl + Entrée« .

Leave A Response

* Denotes Required Field