Une utilisation prolongée des réseaux sociaux peut vraiment nous rendre tristes. Bien que cela ait révolutionné la façon dont nous nous connectons avec autrui, une utilisation excessive des réseaux sociaux peut avoir un impact négatif sur notre santé mentale.

Des études ont associées l’utilisation des réseaux sociaux à des niveaux accrus de dépression, d’anxiété et de solitude. Et avec plus de recherches sur cette technologie relativement nouvelle, la liste des effets s’allonge…

Voyons dans cet article quelques-uns des effets négatifs que les réseaux sociaux peuvent avoir sur notre mental.

Les réseaux sociaux peuvent provoquer le « cyberostracisme »

Qu’est-ce que l’ostracisme : Il est possible de définir l’ostracisme comme le fait d’exclure, de tenir à l’écart une personne d’un groupe, d’un clan (source Wikipedia).

L’utilisation des réseaux sociaux est souvent motivée par le besoin humain intrinsèque d’appartenancevolonté omniprésente de créer des relations interpersonnelles significatives avec les autres.

Il est également alimenté par notre peur de passer à côté ou ce que beaucoup appellent « FOMO » (de l’anglais « fear of missing out », la peur de rater quelque chose). Cela alimente notre besoin de vérifier régulièrement les mises à jour de nos amis et de faire défiler sans fin les flux de nos applications sociales.

Beaucoup d’entre nous dépendent des réseaux sociaux pour leurs interactions quotidiennes et leur utilisation a imprégné presque tous les aspects de la vie quotidienne.

La recherche a parlé initialement de ses nombreux avantages, notamment de nous permettre de nous connecter au-delà des frontières géographiques. Mais de plus en plus d’études sont publiées sur les effets négatifs des médias sociaux, notamment la cause de l’exclusion sociale en ligne ou du « cyberostracisme ».

hand smartphone social app
Les réseaux sociaux ont pris une grande place dans la vie de nombreuses personnes.

Cyberostracisme : zéro j’aime et commentaires

Être ostracisé affecte notre estime de soi, notre sentiment de contrôle et notre sentiment d’appartenance, ainsi que notre vision d’une existence significative.

Le cyber-ostracisme via les médias sociaux se produit généralement en l’absence de retour, selon une étude réalisée en 2018 par des chercheurs de l’Illinois State University. Les chercheurs ont ainsi constaté que lorsque nos messages ne sont pas reconnus (c’est-à-dire qu’ils ne reçoivent pas de commentaires ou de likes), nous nous sentons ignorés et exclus par les autres…

Lorsque cela est vécu de manière chronique, comme lorsque nous obtenons de zéro à seulement quelques mentions « J’aime » et/ou commentaires sur plusieurs de nos publications sur une longue période, cela peut conduire à « des sentiments d’aliénation, de dépression, d’impuissance et un sentiment général d’absence de sens ».

Être vu zoné et sans ami

Une autre étude menée par des chercheurs de l’Université de Mannheim en Allemagne a trouvé des modèles similaires dans la façon dont les gens vivent l’ostracisme à travers les réseaux sociaux.

Certaines expériences sur Facebook, Twitter ou Instagram, par exemple, déclenchent le sentiment d’être ostracisé lorsque les réponses ne se produisent pas immédiatement. Attendre une réponse après qu’un message a été « vu » peut déclencher cette réaction.

Il en va de même en attendant que quelqu’un approuve une demande d’ami. Ces expériences, selon les chercheurs, mettent les gens dans un « mode veille » apparemment permanent. Et en ligne, où chaque besoin est étouffé en un instant, chaque minute de retard d’une réponse place une personne dans un gouffre de cyberostracisme plus profond…

Le même sentiment, selon les chercheurs, peut être déclenché lorsque quelqu’un vous déstabilise sur les réseaux sociaux.

Les médias sociaux peuvent favoriser des comparaisons toxiques

La comparaison sociale n’est évidemment pas quelque chose de nouveau. Nous nous comparons tous aux autres, à leur mode de vie à celui de leurs voisins depuis des centaines d’années.

Mais à cause des réseaux sociaux, nous ne voyons pas seulement ce que notre voisin a fait, nous sommes également « bombardés » de mises à jour sur ce que tout le monde fait. Nous faisons défiler notre flux d’actualité et nous voyons les gens franchir une étape après l’autre, montrant leur dernière réalisation, leurs dernières trouvailles ou le dernier gadget à la mode qu’ils ont acheté.

En conséquence, nous nous comparons et nous finissons par avoir une impression de manque. Ceci, selon une étude publiée dans le Journal of Social and Clinical Psychology, est l‘une des nombreuses conséquences des interactions à médiation numérique.

« Les comparaisons sociales se produisent lorsque les gens se comparent automatiquement aux autres sur les capacités ou les attributs qu’ils jugent importants ».

Nous expliquent les chercheurs.

Se comparer à ses amis sur les réseaux sociaux

Les plateformes de réseaux sociaux comme Facebook et Instagram nous offrent de nombreuses opportunités pour nous comparer à nos amis et à toutes les célébrités « parfaites » que nous pouvons suivre.

Nous pouvez également nous engager dans une comparaison sociale sur Facebook lorsque nous comparons le nombre des « J’aime » et des commentaires que d’autres personnes ont publiés sur nos mises à jour par rapport à ceux des publications de nos amis.

Cela devient un problème puisque, selon la même étude, de nombreux individus ne publient que la meilleure version d’eux-mêmes sur les réseaux sociaux. Ainsi, lorsque nous nous comparons à ces versions en ligne parfaites de nos amis, nous avons tendance à nous sentir inférieurs.

Voir fréquemment les portraits des autres et de leur vie « parfaite » sur les réseaux sociaux nous fait sentir que quelque chose cloche dans notre vie.

L’étude indique ainsi que cela pourrait provoquer ou exacerber des émotions négatives et déclencher une augmentation des symptômes dépressifs quotidiens.

Utiliser les réseaux sociaux de façon prolongé peut avoir un impact négatif sur notre image corporelle

De nombreuses études ont également trouvé un lien entre l’utilisation prolongée des médias sociaux et l’insatisfaction corporelle. Ces études ont montré que les effets sur l’image corporelle sont ressentis aussi bien par les hommes que par les femmes.

Une étude approfondie publiée dans la revue Body Image a notamment révélé que l’utilisation prolongée des réseaux sociaux peut causer des problèmes d’image corporelle chez les jeunes femmes.

Celles qui passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux ont tendance à comparer leur apparence (et leur corps) à celle de leurs amis, pairs éloignés et même des célébrités.

Ces personnes jugent également souvent leur apparence comme pire par rapport aux autres. Ceci est particulièrement problématique en raison de l’utilisation répandue des applications de retouche photo.

women sad bed
L’utilisation des réseaux sociaux peut avoir des effets négatifs sur notre image.

La présence omniprésente de photos fortement retouchées crée une image corporelle irréaliste qui est, pour beaucoup, impossible à réaliser ou à maintenir.

Ces idéaux corporels irréalistes peuvent provoquer une insatisfaction corporelle, une baisse de l’estime de soi et peuvent même déclencher des troubles de l’alimentation chez certaines personnes.

Cela tandis que les mouvements de positivité corporelle ont essayé de rendre le concept de beauté plus inclusif, l’accent continue d’être mis sur la beauté en tant que trait crucial que les gens doivent essayer d’atteindre.

En fin de compte, cela accorde toujours une grande valeur à votre apparence – quelque chose qui peut contribuer à une image corporelle négative ou à des comparaisons toxiques avec les autres.

Comment faire une pause dans les médias sociaux?

Toutes ces études indiquent une chose :

Faire une pause sur les réseaux sociaux pourrait nous faire du bien. Cela compte tenu de tous les effets négatifs signalés d’une utilisation prolongée de ces médias sur notre santé mentale. Ainsi, réduire le temps que nous passons à parcourir ce flux pourrait en réalité nous rendre beaucoup plus heureux.

Des recherches ont montré que limiter l’utilisation des médias sociaux a un effet positif sur le bien-être d’une personne au fil du temps.

Voilà pourquoi il est pertinent de limiter l’utilisation des réseaux sociaux en définissant un délai maximum d’utilisation sur notre smartphone, par exemple. Actuellement, la plupart des smartphones proposent ce type de fonctionnalité. Dans le cas contraire, il existe des applications dédiées pour cela.

Aller plus loin avec l’article : Reprenez le contrôle de votre Smartphone !.

Pour conclure…

Comme vous avez pu le constater, l’utilisation des réseaux sociaux n’apporte pas que des bénéfices. Et ce, surtout si nous l’utilisons ce type d’applications excessivement.

Donc, si vous vous demandez pourquoi quelque chose qui a été conçu pour vous rendre si heureux semble maintenant vous rendre si triste, c’est probablement parce qu’il est temps de faire pause de ces vies et ces corps parfaits que vous voyez sur vos flux de réseaux sociaux. 🙂

Portez-vous bien et à bientôt !


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur « Ctrl + Entrée« .

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.