4 secrets de productivité à prendre des stoïciens

Tout le monde souhaiterait que les choses soient bien faites. Mais comment le stoïcisme s’insère-t-il dans tout cela ?

Le terme « productivité » semble nouveau, élégant et brillant. Et le stoïcisme est vieux. Vraiment très vieux. Alors comment l’expérience des stoïciens peut nous aider ?

Bien que l’utilisation d’outils numériques nous permettent d’envoyer des emails ou de poster des choses sur les réseaux sociaux soit récentes, le fait de perdre sont temps et à l’inverse une chose présente depuis bien longtemps. Et les gens intelligents ont pensé à comment arrêter de le perdre inutilement depuis très longtemps.

La plupart des conseils sur la productivité sont axés sur le travail. Suivre ces conseils risque de nous donner l’impression de devenir une machine. Ce qu’évidemment personne ne souhaite.

Il est ainsi parfois agréable d’avoir une approche plus philosophique pour faire des choses, car parfois ces « choses » que nous voulons faire ne sont pas du travail. Par exemple, nous voulons voir des amis, avoir du plaisir, et faire toutes les choses qui s’ajoutent à notre calendrier.

Comme nous allons le voir ci-dessous, les idées des stoïciens sont bien qu’anciennes encore mise en avant par beaucoup de science moderne et de conseils d’experts.

1. Protéger son temps de la même façon que son argent

Un ancien dicton célèbre dit que « Le temps est de l’argent ». Pourtant, nous ne devons pas penser comme cela.

Si les gens venaient à nous toute la journée en nous demandant 20€, nous leur dirions très vite de passer leur chemin.

Mais les gens viennent à nous tous les jours par l’intermédiaire de mail, SMS, coup de téléphone en nous demandant notre temps. Et la plupart du temps, nous leur donnons.

Dans ce cas de figure, le grand philosophe stoïcien Sénèque dit quelques choses d’extrêmement intéressantes sur la façon dont nous devrions gérer notre temps :

Personne ne délivre son argent aux passants, mais à quel point chacun de nous délivre sa vie ! Nous sommes étroitement liés à la propriété et à l’argent, mais nous pensons trop peu à l’idée de perdre notre temps, alors que c’est la chose dont nous devrions être le plus avares.

Sénèque

La recherche a montré que depuis notre cerveau, le temps et l’argent sont considérés différemment. Nous sommes naturellement « conservateurs » avec l’argent, mais pas avec le temps.

Nous devons traiter notre temps comme notre argent. Tâchons en effet d’être plus avares avec nos heures que de nos Euros.

Comme vous le savez déjà, nous pouvons obtenir avec du travail de l’argent dans cette vie. Cependant, nous ne pouvons pas obtenir plus de temps ! Alors, prenons conscience que notre temps est extrêmement précieux.

Il est important de prendre soin de son temps

2. Gérer nos émotions pour améliorer notre gestion du temps

Le stoïcisme n’est pas une vieille philosophie. Ses idées centrales ont inspiré certains des outils psychologiques les plus puissants de l’ère moderne, tels que la thérapie cognitivo-comportementale.

L’une des grandes idées du stoïcisme était que les croyances sous-tendent les sentiments. Par exemple, si je vous pointe quelque chose et que vous croyez que c’est une arme à feu, vous avez peur. Si vous croyez que c’est un pistolet jouet, c’est faux. Vous n’êtes pas psychique ou omniscient. Ce sont vos croyances qui créent vos sentiments, pas la réalité.

Les recherches montrent que notre humeur influe considérablement sur ce que nous accomplissons. Lorsque nous sommes de mauvaise humeur, nous tergiverserons plus et nous pouvons penser pouvoir l’améliorer avec quelque chose d’amusant. Donc, la procrastination est une technique de gestion de l’humeur, bien que (comme manger ou prendre de la drogue) une technique à courte vue.

Mais nous y sommes particulièrement enclins lorsque nous pensons que cela nous aidera réellement… La plus grande procrastination a eu lieu parmi les étudiants de mauvaise humeur qui pensaient que leur humeur pouvait être changée et qui avaient accès à des distractions amusantes. Ce groupe a passé près de 14 de ses 15 minutes de préparation à faire des gaffes ! Ne gérez pas votre humeur en tergiversant. Demandez-vous quelles croyances sous-tendent vos sentiments et remettez-les en question. Avez-vous peur de la tâche ? Pourquoi ? At-il un couteau pointé sur vous ? Non, vous avez peur de faire un travail moche. Eh bien, vous allez faire un travail encore pire si vous ne commencez pas.

Changeons nos croyances et nous changerons nos sentiments. Changeons nos sentiments et nous en ferons plus.

3. Important Vs Urgent

Nous savons généralement ce qui est important. Mais souvent, nous faisons autre chose. Le risque ici est de faire principalement ce qui est facile ou urgent, pas ce qui permet véritablement d’avancer dans nos projets/objectifs.

Et bien, voici une citation stoïcienne de Marc Aurèle qui représente bien cet aspect :

Il est essentiel que vous vous souveniez que l’attention que vous portez à toute action doit être proportionnelle à sa valeur, car vous ne vous lasserez pas et n’abandonnerez pas.

Marc Aurèle

Puisque la grande majorité de nos paroles et actions sont inutiles, les rédiger créera une abondance de loisirs et de tranquillité. En conséquence, nous ne devrions pas oublier à chaque instant de demander : est-ce l’une des choses inutiles ?

Les gourous de la productivité comme Peter Drucker ou encore Tim Ferris sont d’accord sur ce point. Voici ci-dessous ce que dit Tim Ferris sur le sujet :

Faire quelque chose de bien ne le rend pas important. Je pense que c’est l’un des problèmes les plus courants avec beaucoup de conseils de gestion du temps ou de productivité; ils se concentrent sur la manière de faire les choses rapidement. La grande majorité des choses que les gens font rapidement ne devrait pas être faite du tout.

Tim Ferris

Une excellente solution pour gérer bien définir et gérer les tâches urgentes des tâches importantes est d’utiliser la matrice d’Eisenhower (En savoir plus dans l’article « Pourquoi être minimaliste peut nous rendre plus sereins et efficaces au travail ? »).

4. Se concentrer sur l’effort et non sur les tâches à faire

Une autre grande idée des Stoïciens : comprendre ce sur quoi vous avez le contrôle est essentiel.

Ils pensaient que nous n’avions le contrôle de rien, à part de nos choix. Et si nous ne pouvons pas contrôler quelque chose, ne nous inquiétons pas.

Voici à nouveau une citation d’Epictète sur le sujet :

Certaines choses sont sous notre contrôle et d’autres pas. Les choses sous notre contrôle sont l’opinion, la poursuite, le désir, l’aversion et, en un mot, quelles que soient nos actions. Les choses qui ne sont pas sous notre contrôle sont le corps, la propriété, la réputation, le commandement et, en un mot, tout ce qui ne nous appartient pas.

Epictète

Qu’est-ce que cela a à voir avec la productivité ? Beaucoup. Parce que nous nous inquiétons pour la plupart d’entres-nous de toutes sortes de choses sur lesquelles vous ne pouvons rien faire. Cela est une perte de temps et d’énergie.

Les choses hors de notre contrôle peuvent toujours influencer le résultat final. Nous pouvons cependant contrôler l’effort que nous dépensons et quel processus nous allons utiliser. Alors, concentrons-nous sur cela.

L’auteur Ryan Holiday, explique notamment bien cela :

Ce que les stoïciens disent, c’est tant de choses qui nous inquiètent et sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle. Si je fais quelque chose demain et que je crains qu’il pleuve et que je ne le gâche, rien de ce que je crains à ce sujet ne changera, qu’il pleuve ou non. Les stoïciens disent : « Non seulement vous serez plus heureux si vous pouvez faire la distinction entre ce que vous pouvez changer et ce que vous ne pouvez pas changer, mais si vous concentrez votre énergie exclusivement sur ce que vous pouvez changer, vous serez un beaucoup plus productif et efficace aussi. »

Ryan Holiday

La recherche en neurosciences montre que, en nous concentrant sur ce que nous contrôlons, nous réduisons notre stress. Steve Maier, de l’Université de Boulder, au Colorado, explique que le degré de contrôle que les organismes peuvent exercer sur un facteur de stress détermine si le facteur de stress modifie le fonctionnement de l’organisme. Les scientifiques constatent à maintes reprises que la perception du contrôle d’un facteur de stress modifie l’impact du stressé.

Concentrons notre énergie sur ce que nous pouvons changer.

De plus, les astronautes, les soldats des forces spéciales et même les samouraïs s’accordent à dire qu’un sentiment de contrôle peut réduire le stress que nous ressentons lors de la réalisation d’une tâche.

En résumé…

Voici ce que les anciens stoïciens peuvent nous apprendre sur la productivité :

  • Protégeons notre temps comme notre argent : vous pouvez obtenir plus d’argent.
  • Gérer les émotions pour mieux gérer le temps : se sentir trop grincheux en ce moment.
  • Important plutôt qu’urgent : faire beaucoup de choses inutiles n’est pas une productivité – c’est de la bêtise.
  • Concentrons-nous sur l’effort, pas sur le résultat : nous ne pouvons pas contrôler si un projet avec beaucoup de personnes concernées va réussir ou non. Tâchons ici de nous concentrer sur nos tâches et de les réaliser au mieux.

Alors, où se détachent les stoïciens et les experts modernes ? Karl Pillemer de l’Université Cornell a interrogé 1 200 personnes âgées de 70 à 100 ans dans le cadre de son livre 30 leçons pour vivre : des conseils éprouvés et vrais des Américains les plus sages, leur demandant :

Si vous regardez en arrière au cours de votre vie, quelles sont les leçons les plus importantes que vous ayez apprises et que vous aimeriez partager avec les plus jeunes?

Quelle était la réponse n ° 1 ? « La vie est courte. » Sénèque, dans un passage joliment rédigé, n’est pas du même avis :

Ce n’est pas que nous ayons trop peu de temps à vivre, mais que nous en gaspillons une grande partie. La vie est assez longue, et il est donné en quantité suffisante pour faire beaucoup de grandes choses si on le dépense bien. Mais quand il s’est déversé dans le luxe et la négligence, quand il a été employé à mauvais escient, nous sommes finalement poussés à le voir disparaître avant même de le reconnaître.

Sénèque

La vie ne doit pas être courte. Nous avons tous 24 heures par jour. Chacun d’entre nous. Nous pouvez les utiliser pour créer quelque chose de génial, pour rendre visite à une personne spéciale qui nous manque, pour s’occuper de notre famille ou pour savourer un bon moment.

Tâchons de ne pas perdre inutilement notre temps. Ne finissons pas par nous demander : « Qu’est-ce que j’ai fait avec mon temps? »

Nous devons faire en sorte de laisser quelques réalisations positives ou encore des sourires derrière nous. 🙂

Portez-vous bien et à bientôt !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur « Ctrl + Entrée« .

Leave A Response

* Denotes Required Field