Lorsque nous faisons une erreur, nous oublions rapidement toutes les victoires et les louanges qui nous ont été faites précédemment tout au long de notre vie. Faire une seule erreur à un instant précis, et c’est tout ce à quoi nous pensons. Et, malheureusement, nous pouvons même garder cette erreur encrée avec nous toute notre vie. C’est normal, mais pas sain.

Des erreurs se produisent, et c’est normal! c’est même grâce à cela que nous apprenons. Trébucher et tomber, et se relever, c’est le cycle du développement humain depuis la petite enfance. Pourtant, lorsque nous faisons des erreurs, nous oublions souvent que cela nous permet d’apprendre et de nous améliorer. Notre première réaction peut être d’être en colère contre soi.

Tout d’abord, il est important de savoir que nous ne sommes pas seul dans ce cas 🙂 . Deuxièmement, il existe de nombreuses façons de calmer cette émotion passionnée et de nous remettre au plus vite sur de bon rails.

Pour cela, découvrez ci-dessous 10 conseils intéressant à se remémorer lorsque nous sommes dans une situation d’échec qui nous pousse dans nos retranchement.

1. Se rappeler que nous ne sommes pas parfait

Tout le monde fait des erreurs. Une fois que nous avons réalisé que nous faisons partie de ce groupe imparfait appelé « humains », nous ne pouvons que nous sentir mieux. En fait, lorsque nous sommes en colère pour avoir fait des erreurs, il est préférable de considérer cela comme un rite de passage.

Nous échouerons inévitablement à de nombreux moments dans notre vie, et nous dirons des choses que nous ne devrions pas et/ou ne serons pas à la hauteur des attentes. Nous devons juste l’accepter, et être honnêtes avec nous-mêmes. Ainsi, quelles que soient les erreurs que nous ayons commises auparavant et celles que nous ferons à l’avenir, elles nous aideront à grandir en tant que personne et en tant qu’humain. 🙂

ARTICLE EN RELATION : « 8 parcours de personnes célèbres qui ont échoué pour mieux réussir ! »

2. Maîtriser sa colère

La colère est une émotion troublante car elle trouble notre jugement et notre processus décisionnel logique. C’est aussi incroyablement malsain. La colère alimente une augmentation de notre tension artérielle, augmente le stress et le risque de maladie cardiovasculaire et affaiblit notre système immunitaire. De plus, une colère non atténuée peut entraîner des résultats dangereux, notamment de la violence et les comportements de dépendance.

Il est donc important d’apprendre à gérer notre colère. En admettant à haute voix : « Je suis en colère contre moi-même », nous acceptons notre état d’esprit actuel et cela permet de commencer à reprendre le contrôle. Nous devons ici surtout éviter de laisser la colère grandir.

Dans ce genre de situation, tâchons de nous rappeler que nous pouvons gérer les erreurs, mais pas la colère incontrôlée. Si nous ne maîtrisons pas notre colère, cela peut avoir un impact négatif sur le reste de notre vie.

3. Se libérer de ça colère

Une façon de se libérer sa colère est de se défouler. Il n’y a rien de plus libérateur que de partager ce que nous ressentons avec le monde. Mais attention, se défouler sur les réseaux sociaux n’est pas une bonne idée… Cela peut être même extrêmement néfaste pour notre vie personnelle et/ou professionnelle si nous nous en prenons à quelqu’un ou si nous nous livrons à une critique acerbe.

Au lieu de cela, trouvons une source de confiance vers laquelle nous défouler. Cela pourrait être n’importe qui, d’un ami à notre animal de compagnie. Dites-leur simplement : « Je suis en colère contre moi-même. » Débarrassons nous simplement de toutes les émotions qui nous pèsent. La compagnie d’un groupe d’amis de confiance ou même d’un groupe de soutien est un excellent endroit pour se défouler. Ces collectifs sont conçus pour écouter tout ce qui nous pèse.

Une autre solution peut être de se défouler dans un journal personnel. Écrire ce que nous ressentons et ce que nous avons appris de cette expérience n’est pas seulement un excellent moyen de nous évader, mais nous donne également un endroit où ranger nos pensées et nos émotions pour une réflexion ultérieure.

4. Pratiquer une activité physique

Faire de l’exercice est un excellents moyens d’épuiser l’émotion « Je suis en colère contre moi-même » qui bouillonne en nous. Aller faire une marche rapide ou taper dans un sac de frappe ou encore simplement en profiter pour nettoyer le placard ou le garage sont des excellentes solutions. Cela permet d’occuper notre esprit, notre corps et notre âme avec une activité physique productive pour nous libérer de ce fardeau.

Il n’y a rien de plus libérateur que de transpirer sainement. Pratiquer une activité physique permet de diffuser instantanément notre colère et un pic d’endorphines nous donnera de la clarté. Une fois que nous avons trouvé un moyen sain d’exercer notre adrénaline, nous sommes prêt à entrer dans un espace logique et à examiner ce qui n’a pas fonctionné et comment nous pourrons mieux gérer les choses la prochaine fois.

5. Demander des conseils à d’autres personnes

Lorsque nous sommes en colère ou que nous faisons face à une émotion accrue, notre jugement est obscurci. Il est alors encore plus difficile de sortir la tête de l’eau. Demandons conseil, que ce soit à un ami, à un membre de notre famille ou encore à un professionnel, et expliquons à cette personne pourquoi nous sommes en colère. Elle nous vous écoutera et nous aidera à faire le tri dans notre colère.

Ce regard extérieur peut également nous offrir des conseils sur ce que nous pourrions changer à l’avenir ou sur la façon dont nous pourrions surmonter l’auto-réprimande. De plus, demander de l’aide à un professionnel n’est pas un signe de faiblesse, surtout si la colère est une réaction continue que nous ressentons face aux revers.

Un conseiller ou un docteur est formé pour nous aider à découvrir la racine de telles émotions et nous aider à explorer pourquoi elles sont déclenchées. Cela peut alors nous aider à acquérir les compétences nécessaires pour mieux gérer nos émotions et explorer des voies alternatives et plus réfléchies lorsque des erreurs se produisent.

woman talking advices
Un regard extérieur peut nous aider à voir nos erreurs différemment.

6. Apprendre de ses erreurs

Tâchons d’avoir à l’esprit que les erreurs arrivent et qu’elles arrivent pour une raison afin que nous puissions apprendre ce qu’il ne faut pas faire. « Je suis en colère contre moi-même » devrait être le facteur de motivation pour bien faire les choses. Nous devons dans ce cas apprendre à nous arrêter et chercher où se trouve la leçon ici.

Quelle est la chose que nous ne ferons pas à l’avenir ? Il y a peut-être des personnes avec qui nous devons parler pour arranger les choses. Nous devrons alors peut-être apporter des corrections de cap pour avancer dans une direction plus positive.

7. Modifier sa voix intérieure

Nous ne devons jamais laisser les erreurs nous envahir et écouter cette voix intérieure qui dit : « Je ne suis pas assez bon. » Pendant que nous nous demandons si c’est vrai et pendant un instant (ou deux) nous croyons notre critique intérieure. Arrêtons d’emprunter cette pente glissante qui nous tire vers le bas. Céder à notre critique intérieur peut arrêter notre progression. Nous risquons alors de douter et de nous demander : « si j’essayais à nouveau, les mêmes résultats se produiraient-ils ? »

Ce genre de peur paralysante ne nous mènera nulle part. Au lieu de cela, souvenons-nous des paroles de notre sagesse intérieure : des erreurs se produiront forcément. Alors, annonçons à haute voix : « J’ai fait une erreur. Je suis en colère contre moi-même. » et arrêtons nous la. Le lendemain, lorsque nous nous levons, évitons à nouveau de laisser un dialogue intérieur inutile prendre place en nous en nous auto-sabotant et/ou en nous ralentissant.

8. Prendre du temps pour soi

« Je suis en colère contre moi-même » est l’un des meilleurs facteurs de motivation pour être à nouveau heureux avec nous-même. Comment? L’exercice, la réinitialisation, la relaxation et les distractions saines ne sont que quelques-unes des passerelles pour retrouver un état d’esprit serein.

Trop souvent, les gens croient que la meilleure façon de surmonter quelque chose est de revenir directement dedans, quel qu’il soit, ou là où notre erreur est enracinée. Bien que cela fonctionne pour beaucoup, certains ont besoin d’un peu de temps et d’espace pour tout régler, et ce n’est pas grave. Nous séparer de la situation pendant un certain temps et faire une pause peut faire des merveilles pour purifier notre esprit. Cela peut également nous donner une plus grande clarté par la suite.

À certain moment nous sommes trop proche de nos erreurs pour avoir une perspective claire. N’oublions pas qu’il est normal de prendre du recul pendant un moment et de nous vider la tête sans nous sentir coupable de prendre du temps pour nous. Cette « réinitialisation mentale » mettra un peu d’espace entre nous et les erreurs afin que nous puissions revenir rafraîchi et dans un meilleur état d’esprit pour avancer et aller de l’avant.

9. Développer ses compétences de relaxation

Pratiquer la respiration profonde ou encore de la méditation peuvent faire des merveilles pour nous aider à nous détendre et à réduire nos émotions exacerbées. Tout comme faire de l’exercice, cette forme de libération et de restauration permet non seulement de surmonter notre colère, mais aussi de nous vider la tête et à restaurer notre confiance en nous.

C’est peut-être aussi le moment de créer notre propre pratique de relaxation personnelle afin que la prochaine fois que nous faisons une erreur, nous puissions entrer dans notre propre espace de pratique de guérison et de restauration afin d’apaiser notre esprit, notre corps et notre âme.

breathe-man-meditation
Apprendre à se relaxer permet de nous aider à surmonter nos erreurs.

10. Se pardonner

« L’erreur est humaine, le pardon est divin. » Nous savons que cela est vrai, mais ne le pratiquons pas toujours. Le pardon est le vrai chemin de la guérison. Nous avons probablement tous entendu de nombreuses histoires sur la façon dont ce processus a aidé les gens à revenir d’un endroit très sombre, y compris à se remettre d’une maladie.

Le pardon est puissant et c’est le seul moyen d’aller de l’avant. Nous devons alors suite à une erreur après avoir accepter notre erreur en nous dissant « je suis en colère contre moi » faire la transition vers « je me pardonne ? ». Cela demande du temps, de la persévérance et de l’empathie envers soi. Mais cela est possible est nécessaire pour avancer sereinement dans notre vie. 🙂

Pour conclure…

Toutes les stratégies ci-dessus peuvent nous aider à raccourcir le délai entre une erreur et un moment d’illumination. Le fait de considérer que nous sommes humains, que nous sommes entourés de gens qui croient en nous, que nous avons les ressources pour nous soutenir et que nous avons une occasion en or d’apprendre et d’aller de l’avant devrait être tout ce dont nous avons besoin pour rendre notre avenir meilleur et radieux.

Enfin, pour allez plus loin sur le sujet, je vous recommande l’excellent livre de Charles Pépin « Les vertus de l’échec ». Un livre que j’ai découvert par l’intermédiaire d’un ami qui permet de changer positivement son rapport à l’échec et aux erreurs.

Portez-vous bien, prenez soi de vous et à bientôt!


Sources : image-unsplash, image-pexels

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur « Ctrl + Entrée« .

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.