Comment mieux apprendre en utilisant la répétition espacée?

apprendre-ecrire-note

Bien que l’apprentissage est un concept simple en surface, peu d’entre nous ont connaissance de la technique d’apprentissage qui s’appelle « répétition espacée ». Cette technique est hélas, pas (ou rarement) enseigné dans les écoles. Ce qui est paradoxal, parce que c’est une solution qui permet de mieux retenir les informations.

Semblable aux palais de la mémoire (également connu sous le nom de méthode des lieux), cette technique est quelque chose qui a été perdu à travers les âges, mais c’est une technique extrêmement puissante. C’est l’une des nombreuses clés pour conserver les informations, mais aussi pour aider à l’apprentissage en vieillissant.

Voyons cette technique en détail dans cet article. Nous verrons comment elle fonctionne et comment l’utiliser.

Explication en vidéo

Qu’est-ce que la répétition espacée?

Avant d’en apprendre davantage sur les systèmes de répétition espacée, il est essentiel de comprendre le fonctionnement de notre cerveau. Pour que nous puissions conserver les informations dans notre cerveau, nous devons les actualiser périodiquement avec des intervalles de temps spécifiques.

Par exemple, disons que nous entendons dire « Riga est la capitale de la Lettonie », et si nous n’utilisons pas du tout ces informations, nous les oublierons probablement après avoir fini de lire cet article ou plus tard…

Cependant, si nous continuons à « apprendre » que Riga est la capitale de la Lettonie par le biais d’un texte ou si nous l’expliquons (voir la technique Feynman), nous finirons par réellement conserver cette information. 🙂

« Plus nous rencontrons souvent certaines informations, moins nous aurons besoin de nous rafraîchir la mémoire. »

Ce qui rend notre cerveau si intéressant, c’est que même les informations les plus familières peuvent être oubliées si nous ne les connaissons pas suffisamment.

Par exemple, les personnes qui déménagent dans un autre pays peuvent oublier ou avoir des difficultés à parler leur propre langue maternelle si elles ne sont pas suffisamment exposées dans leur nouveau pays.

Avec cette compréhension, la répétition espacée est entièrement basée sur ces principes. C’est l’idée d’examiner les informations régulierement.

pictures box
Nous pouvons oublier des informations familières si nous ne les connaissons pas suffisamment.

La répétition espacée fonctionne-t-elle vraiment?

Cette technique est en effet efficace. Pour argumenter, revenons à ce que j’ai mentionné plus tôt à propos de l’école. Hormis le fait que la plupart d’entre nous ne se souviennent probablement pas grand-chose de tout ce que nous avons appris au lycée à ce stade, même les jeunes générations auront plus de mal à retenir ces connaissances.

Apprentissage et enregistrement de l’information

Il existe deux facteurs clés pour apprendre et conserver les informations:

  1. Combien d’informations nous conservons.
  2. L’efforts consacrés à conserver ce niveau d’information.

Pour en revenir à l’apprentissage scolaire, nous devons conserver beaucoup d’informations sur les différents sujets qui nous ont été enseignés en peu de temps.

L’objectif étant de conserver ces informations pour réussir les tests et les examens que nous passons à la fin. Pour cette raison, il est juste de dire que l’école nous apprend à apprendre pour réussir un test.

Nous n’apprenons pas pour conserver ces informations et grandir en tant qu’individus. La répétition espacée quant à elle nous permet de faire des merveilles pour améliorer l’acquisition d’informations.

MindHacker, un livre écrit par Ron et Marty Hale-Evans, développe sur ce point :

« Notre mémoire est à la fois magnifique et pathétique. Elle est capable de prouesses incroyables, mais elle ne fonctionne jamais tout à fait comme nous le souhaiterions. Idéalement, nous pourrions nous souvenir de tout instantanément, mais nous ne sommes pas des ordinateurs. Nous piratons notre mémoire avec des outils comme les palais de la mémoire, mais de telles techniques nécessitent des efforts et du dévouement. La plupart d’entre nous abandonnent et nous sous-traitons notre mémoire à des smartphones, des ordinateurs compatibles avec le cloud ou de vieux stylos et papiers. Il y a un compromis… une technique d’apprentissage appelée répétition espacée qui organise efficacement l’information ou la mémorisation et la rétention peut être utilisée pour atteindre un rappel presque parfait. »

À quelle fréquence devrions-nous utiliser la répétition espacée?

À ce stade, nous savons parfaitement que la fréquence compte beaucoup, mais cela vaut la peine de regarder le degré et la fréquence à laquelle nous interagissons avec les informations.

D’une part, il est important de savoir que le bourrage n’est pas spécialement une bonne idée. Selon le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus, les informations enregistrées avec une méthode de « bourrage » disparaissent avec le temps. Au lieu de cela, Ebbinghaus nous encourage à nous concentrer sur d’autres facteurs avant de plonger dans la fréquence. Ces facteurs sont l’intensité de nos émotions et l’intensité de notre attention.

« La dépendance de la rétention est très grande et de la reproduction sur l’intensité de l’attention et de l’intérêt qui était attaché aux états mentaux la première fois qu’ils étaient présents. L’enfant brûlé fuit le feu, et le chien qui a été battu s’échappe du fouet, après une seule expérience vivante. Des personnes qui nous intéressent peuvent être vues quotidiennement et ne pas pouvoir se souvenir de la couleur de leurs cheveux ou de leurs yeux… Nos informations proviennent presque exclusivement de l’observation de cas extrêmes et surtout frappants. »

Hermann Ebbinghaus

Pourquoi s’est-il concentré sur cela plutôt que sur un moment précis? Eh bien, parce qu’Ebbinghaus a découvert plus que ce fait. Après tout, il faut noter que c’est un pionnier sur ce type de travail. Il a notamment découvert tout cela grâce à l’auto-expérimentation.

Non seulement ses expériences ont révélé les facteurs mentionnés ci-dessus, mais aussi quelque chose appelé « la courbe d’oubli ». Ebbinghaus a ainsi conclu d’après ces recherches qu’une certaine quantité d’informations est stockée dans notre subconscient. Il a qualifié ces souvenirs comme des « sauvegardes ».

Ces « sauvegardes » sont des souvenirs dont nous ne pouvons pas nous souvenir consciemment. Cependant, lorsqu’ils sont exposés, ces souvenirs accélèrent notre processus de réapprentissage.

Pensez à une chanson que vous n’avez pas entendue depuis une décennie ou plusieurs années. Vous ne pouvez probablement pas vous rappeler les mots pour le moment, mais si vous entendiez la mélodie, les paroles reviendrait probablement assez naturellement.

Pour revenir à notre question, à quelle fréquence devrions-nous utiliser cette technique? Selon Ebbinghaus, cela repose davantage sur la qualité de notre rappel que sur la fréquence.

Comment utiliser la répétition espacée pour apprendre efficacement?

Maintenant que nous en savons plus sur l’origine de la répétition espacée, voyons comment l’appliquer en suivant 4 étapes faciles à suivre.

1. Passez en revue vos notes

Dans les 20 à 24 heures suivant la réception initiale des informations apprises, nous devons nous assurer que ces informations sont consignées dans des notes et que nous les avons étudiées.

Pendant la session de révision, nous pouvons lire les notes, puis détourner le regard et essayer de nous rappeler les points les plus importants. Il faut ici bien faire la différence entre relire et se rappeler! Voilà ici tout l’intérêt de détourner le regard et de nous éloigner de nos souvenirs. 😉

2. Se rappeler les informations pour la première fois

Le lendemain de sessions d’apprentissage, essayons de nous souvenir des informations en évitant d’utiliser (autant que possible) nos notes. Essayons de nous en souvenir lorsque nous nous promenons par exemple.

Nous pouvons également augmenter notre efficacité en créant des flashcards des idées principales et en vous interrogeant sur les concepts.

3. Faire des sessions de rappels

Après cela, il est utile de faire des sessions de rappels toutes les 24 à 36 heures, et ce, pendant plusieurs jours. À noter que ces sessions n’ont pas besoin d’être longues. Nous pouvons notamment lors de période d’attente à un rendez-vous, etc…

Nous pouvons évidemment consulter à tout moment nos notes ou flashcards, mais l’objectif est ici d’essayer de se les rappeler tout en travaillant avec ses notes.

L’idée avec cette étape est de se poser des questions et de s’interroger afin de retenir et de rappeler ces informations.

4. Étudier à nouveau

Après plusieurs jours, il est intéressant de refaire un point plus complet sur le sujet que nous étudions. L’idée ici est « presque » de revenir à l’étape 1. Mais nous devrions dorénavant avoir une connaissance plus précise du sujet en question.

Si ces informations concernent un test, nous devons nous assurer que cela est fait dans la semaine précédant le test. Cela permet notamment à notre cerveau de retraiter les concepts que nous venons de voir.

Pour conclure…

La répétition espacée est une technique qui est assez naturelle à utiliser et semble être une manière d’apprendre plus efficace que les méthodes traditionnelles.

Cette technique permet également de développer des stratégies de rétention de la mémoire comme les palais de la mémoire. Non seulement cela, mais cette technique peut s’appliquer à toutes sortes de choses dans la vie.

Grâce à l’utilisation de cartes mémoire et d’autres méthodes, nous pouvons apprendre de nouvelles langues, nous préparer correctement et efficacement à des examens, etc… 🙂

Portez-vous bien et à bientôt !


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur « Ctrl + Entrée« .

Leave A Response

* Denotes Required Field