Bien qu’il n’y ait toujours pas de diagnostic officiel de dépendance aux réseaux sociaux, il existe un nombre croissant de recherches sur ce problème de santé mentale émergent. La popularité de ces plateformes et la dépendance croissante des gens à leurs fonctionnalités ont considérablement augmenté au fil du temps. À tel point que certains rapportent des signes de dépendance.

Mais qu’est-ce que la dépendance aux réseaux sociaux? Comment savoir si ce passe-temps a atteint le seuil de l’excès et que pouvons-nous y faire? Voyons cela plus en détail dans cet article.

Qu’est-ce que la dépendance aux réseaux sociaux?

Selon une étude menée par des chercheurs de la division de psychologie de l’Université de Nottingham Trent, la dépendance aux réseaux sociaux est une dépendance comportementale similaire à la toxicomanie.

Celle-ci se caractérise par une utilisation excessive et compulsive des réseaux sociaux et une envie incontrôlable de se connecter et d’utiliser ces réseaux. Cette utilisation est suffisante pour perturber sa vie, ruiner ses relations et affecter négativement son bien-être général.

Une personne ayant une dépendance à ces médias sociaux peut être incapable d’accomplir correctement ses tâches au travail ou à l’école en raison d’une utilisation excessive de ce type d’outils numériques. Ils peuvent notamment avoir du mal à se déconnecter ou à contrôler leur utilisation, même en présence d’amis ou de membres de leur famille dans la vraie vie.

Les symptômes classiques de la dépendance

Selon l’étude, les personnes présenteront également des « symptômes classiques de la dépendance ». Ils peuvent subir des modifications importantes de l’humeur ou voir des changements notables dans l’état émotionnel.

L’usage de ces réseaux sociaux prend également plus de temps dans les journées de ces personnes. La dépendance à ces médias sociaux devient alors de plus en plus forte au fil du temps. En conséquence, ils auront du mal à limiter les moments qu’ils passent sur ces plateformes.

phone hand smoke

Après avoir passé un moment sur l’un de ces réseaux, les personnes présentent également des symptômes de sevrage. Par exemple, ils peuvent avoir des problèmes émotionnels et des comportementaux désagréables (comme être anxieux et gravement agités) lorsque l’utilisation des réseaux sociaux est arrêtée. Ils peuvent également connaître des rechutes après une période d’abstinence.

Facteurs de risque de dépendance aux médias sociaux

Selon une étude publiée dans le Human Behavior And Emerging Technologies Journal, certains facteurs exposent une personne à un risque plus élevé de développer une dépendance aux réseaux sociaux. Le premier est l’âge.

En général, les jeunes sont plus susceptibles de s’engager dans des activités en ligne et courent un risque accru de développer une utilisation addictive des médias sociaux. Les natifs du numérique, ou ceux nés à l’ère de la technologie numérique sont plus prédisposés à devenir excessivement dépendants des médias sociaux.

Plusieurs études ont également montré que le sexe peut également jouer un rôle. Les hommes ont un risque plus élevé de développer une dépendance aux jeux en ligne, tandis que les femmes sont plus susceptibles de devenir accros aux réseaux sociaux.

Facteurs de risque psychologiques

De plus, selon la même étude, quatre autres facteurs psychologiques peuvent servir de prédicteurs de la dépendance aux réseaux sociaux :

  • Le stress,
  • l’empathie,
  • l’estime de soi
  • et la dépression.

À mesure que les gens deviennent plus stressés, ils peuvent devenir plus dépendants à ces réseaux. En plus du stress, le niveau d’empathie d’une personne peut déterminer son risque de développer une dépendance.

Les chercheurs ont suggéré que ceux qui éprouvent des problèmes d’empathie et peuvent donc avoir moins de compétences sociales peuvent s’appuyer davantage sur les médias sociaux plutôt que sur les contacts en personne pour leurs interactions sociales.

« Si les utilisateurs des réseaux sociaux ne montrent pas de capacité à partager et à comprendre les émotions des autres, ils pourraient être plus enclins à utiliser les médias sociaux plutôt que le contact en personne pour leurs interactions sociales et cela pourrait conduire à une dépendance aux médias sociaux », notent les chercheurs.

Faible estime de soi, dépression et dépendance aux réseaux sociaux

L’étude parle également de la relation entre une faible estime de soi et l’utilisation des réseaux sociaux. Ceux qui ont une faible estime de soi trouvent que les réseaux sociaux peuvent renforcer leur image de soi et leur capital social. Une personne qui ne se sent pas aimée dans la vraie vie peut se tourner vers les médias sociaux pour améliorer sa perception de soi. La personne tire sa satisfaction de l’image renouvelée, elle reviendra donc pour plus régulièrement.

personn depressed

Ceci est similaire à la façon dont les substances addictives nourrissent le système de récompense du cerveau. Ces posts temporaires qui rendent les gens heureux ou bien dans leur peau les inciteront à revenir pour en avoir encore plus.

La dépression est un autre facteur qui augmente les chances d’une personne de devenir accro aux réseaux sociaux. Une étude publiée dans l‘International Journal of Adolescence and Youth a trouvé « une corrélation positive entre la dépendance aux réseaux sociaux et la dépression ». Cela signifie que la dépression a prédit de manière significative la dépendance aux réseaux sociaux.

Suis-je accro aux réseaux sociaux?

Alors, comment savoir si notre utilisation des réseaux sociaux est devenue excessive?

Les psychologues Mark Griffiths et Daria Kuss ont fourni une liste de questions à se poser si nous avons des doutes sur nos usages des réseaux sociaux.

Voici ci-dessous quelques-unes de ces questions :

  • Passez-vous beaucoup de temps à penser aux médias sociaux ou à envisager d’utiliser les médias sociaux? (lorsque vous n’êtes pas connecté)
  • Ressentez-vous le besoin d’utiliser de plus en plus les réseaux sociaux au fil du temps?
  • Utilisez-vous les réseaux sociaux pour oublier vos problèmes personnels?
  • Essayez-vous souvent de réduire votre utilisation des réseaux sociaux, sans succès?
  • Êtes-vous inquiet ou troublé si vous ne parvenez pas à utiliser les réseaux sociaux?
  • Utilisez-vous tellement les réseaux sociaux que cela a eu un impact négatif sur votre travail, vos relations ou vos études?

Si vous avez répondons oui à quelques-unes d’entre elles, c’est qu’il est peut-être temps de commencer à repenser vos habitudes. Cela notamment en appréhendant des stratégies de désintoxication numérique (aller plus loin avec l’article : Reprenez le contrôle de votre Smartphone !).

Si vous avons répondu oui à la majorité de ces questions et que vous constatez que votre utilisation des réseaux sociaux a affecté vos études, votre travail, vos relations et votre bien-être général; il est préférable de consulter un psychologue clinicien ou un psychiatre. Un professionnel de la santé mentale formé est la seule personne qui peut offrir un diagnostic et un plan de traitement appropriés.

Pour conclure…

La première étape consiste à savoir quel est le problème, puis à reconnaître que nous pouvez l’avoir.

Comme pour la plupart des autres types de dépendance (alcoolisme, tabagisme), celle-ci n’est pas une habitude facile à rompre. Il est préférable d’obtenir le soutien de nos amis et de notre famille.

De nombreux experts peuvent nous aider à faire face à ce type de problème. Avec le nombre croissant de recherches sur le sujet, ces professionnels seront bien équipés pour nous aider. 🙂

Portez-vous bien et à bientôt!


Sources : onlinelibrary.wiley.com, tandfonline.com

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur « Ctrl + Entrée« .

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.